Hanshi Steve Arneil, 10e dan

Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Visitez son site Internet

Biographie Hanshi (Honorable Maître) Steve Arneil

Président et fondateur de IFK

Hanshi (Honorable Maître) Steve Arneil est né en Afrique du Sud en 1934.

À l'âge de 10 ans, sa famille déménage en Rhodésie du Nord (Zambie à ce jour) et là, il a commencé sa formation en judo et en boxe. Sa mère exigea qu’il cesse la boxe et lui accorda de continuer à étudier le Judo.

Dès son jeune âge, Hanshi Arneil était fasciné par l'Orient. Sa fascination a débuté après avoir scruté à la loupe un homme chinois qui pratiquait le Shorin (Shaolin) Kempo dans la cour arrière de sa demeure.

L'homme chinois a remarqué que Hanshi Arneil l’espionnait et l'a invité à s’entraîner avec lui. Arneil a accepté l'offre et a été formé par cet homme dans cet art tout le long de ses études scolaires collégiales.

Dès l'âge de 25 ans, Hanshi Arneil quitte pour Durban, Afrique du Sud afin de compléter ses études en génie mécanique. Il trouve un dojo local de judo à Durban qui offrait, en plus, la discipline du Karaté.

À l'époque, plusieurs japonais avaient émigré en Afrique du Sud et pratiquaient le Karaté.

Afin de recruter de nouveaux élèves pour le Dojo, Hanshi Arneil se rendait à la ville portuaire de Durban auprès des navires arrivants. Il demandait aux japonais tout juste débarqués du bateau s’ils pratiquaient le karaté. Si leurs réponses étaient dans l’affirmative, il les invitait à se présenter au Dojo afin qu’ils puissent continuer à pratiquer l’art du Karaté. Ces hommes pratiquaient tous différents styles de karaté, mais pour Hanshi Arneil, aucun souci des différences, pour lui, le karaté était le karaté.

Après avoir terminé ses études d'ingénierie, Hanshi Arneil est rentré chez lui en Rhodésie du Nord. Toujours fasciné par l'Orient, il a décidé d'aller vivre l'expérience personnellement. Son ami chinois, quand à lui, a assisté Hanshi Arneil en lui remettant des noms de contacts pour qu’il puisse élargir ses connaissances et s’entraîner avec ceux-ci. Fraîchement sorti de l'université et sans argent, Hanshi Arneil a obtenu un emploi comme ingénieur sur un navire et a fait son chemin à partir de Dar Es-Salaam, Tanganyika (maintenant la Tanzanie) à Kowloon, Hong Kong.

De là, il est allé en Chine et a voyagé vers le nord de la province de Mandchourie, où il s’est finalement rendu à un monastère où il a étudié Shorin (Shaolin) Kempo.

Après s’être joint au monastère, Arneil a dû se plier à une formation rigoureuse, une discipline stricte, le travail quotidien dans les champs du monastère, la méditation quotidienne étaient ce que Arneil cherchait – il estimait, à ce moment, qu’il était au «septième ciel».

Malheureusement, la Chine commençait à éprouver la Révolution culturelle de Mao Zedong et la vie pour un occidental en Chine a commencé à devenir difficile. Les gens en dehors du monastère ont même commencé à frapper Arneil à la tête avec leurs copies du livre de Mao nomme "Little Red Book", en guise de désarroi car il n’était pas issu de la Chine et parce qu’il était étranger.

Pour sa propre sécurité, Arneil décida de quitter la Chine et a été référé par ses amis du monastère à Kowloon afin de s’entraîner et de se former avec un autre professeur de Kempo. Cette formation fut très différente de celle du monastère, Arneil ne l'aimait tout simplement pas.

A cette époque, Hanshi Arneil entendu parler d'un maître de karaté au Japon nommé Mas Oyama. Dès lors, sa détermination de se rendre au Japon était plus forte que jamais. Il devait se rendre auprès de Mas Oyama afin d’être l'un de ses disciples et de s’entraîner à ses côtés. Cependant, Arneil n'avait pas assez d'argent pour se rendre au Japon.

Il a, tout d’abord, travaillé sur les bateaux aux Philippines pour se ramasser de l’argent. Après de longues semaines de labeur, il a finalement économisé l'argent nécessaire pour retourner à Hong Kong et, de là, s’est rendu à Yokohama au Japon en 1961.

Complètement perdu au Japon, Arneil ne pouvait même pas parler la langue et ne connaissait pas plus que la capitale du pays.

Il réussit à se rendre à Tokyo et trouva son chemin vers le Kodokan 講道 館, siège social de l'un des styles japonais de Jūdō 柔道.

Au Kodokan pendant une courte période, Arneil reçu le grade de Shodan 初段 (1er dan) dans la discipline du Judo, cependant son intérêt était vraiment axé uniquement sur le karaté.

Arneil a tout d’abord étudié Goju Ryu 剛柔 流 sous la gouverne de Gogen Yamaguchi. Maître Yamaguchi, qui a vécu de 1909 à 1989, a également été l'instructeur de Nei-Chu Donc, sous lequel Mas Oyama s’est entraîné à la fin des années 1940. Arneil a aussi été formé dans le style Shotokan 松濤 館 流 et Wado Ryū 和 道 流, il manquait quelque chose.

Avoir obtenu son Shodan (1er dan) dans la discipline du Judo, Hanshi Arneil fit la connaissance d’un américain nommé Don Draeger. C’est celui-ci qui introduit Hanshi Arneil au dojo de Mas Oyama.

Après avoir constaté l’intensité de la formation et la discipline des élèves, Arneil savait que c'était là qu’il voulait être.

Draeger, qui parlait couramment japonais, demanda à l'instructeur si Arneil pouvait joindre les rangs afin de s’entraîner. L'instructeur du moment lui a dit que si Arneil était intéressé, il était obligé de regarder. Mas Oyama, quand à lui, était en tournée en Amérique.

Pendant 6 longues semaines, Hanshi Arneil resta assis à regarder les entraînements jusqu'au jour où Mas Oyama revint d’Amérique.

Par l’entremise de Draeger comme traducteur, Mas Oyama indiqua à Arneil qu'il avait besoin de revenir encore quelques semaines pour être bien certain de vouloir joindre ce Dojo pour un entraînement rigoureux et disciplinaire. Après deux semaines, Mas Oyama remis à Arneil son premier karaté Gi 衣 (uniforme) et lui a exprimé ces mots avec rigueur "Rappelez-vous que c’est vous qui m’avez demandé de vous entraîner, moi, je ne vous ai rien demandé. Et il ajouta "Si vous ne suivez pas les règles, vous êtes dehors. Compris ?"

Hanshi Arneil s’est entraîné très dur et même s'il n’était pas japonais, il a été traité de la même façon que tous les autres Kohai 後輩 (étudiants juniors). Ils commençaient leurs entraînements à 18h00 et ne pouvaient pas terminer jusqu'à ce que Mas Oyama décide qu’il était satisfait de l’effort de tous. Habituellement l’entraînement avait une durée de quatre à cinq heures. Comme tous les Kohais, Arneil devait laver les uniformes de karaté sales pour l'ensemble de l'école et vider les seaux de toilette. Il prenait part au nettoyage rituel quotidien du dojo (Nitten soji 日 天 掃除) et gardait le dojo d’une propreté impeccable. Avant l’entraînement, Hashi Arneil se mettait à genoux afin d’insérer les clous dans le sol. Cette tâche ne faisait que lui donner une motivation supplémentaire afin de se mériter, un jour, sa ceinture noire et d’éviter de nettoyer les toilettes.

Lorsque Hanshi Arneil a effectué son passage pour le grade de Shodan en karaté Kyokushin, il a appris une leçon de vie importante de la part de Mas Oyama. Lors de son examen, Arneil a pensé qu'il avait fait mieux que les autres Kohai. Cependant, lorsque la liste de promotion est sortie, son nom ne figurait pas sur la liste des nouveaux gradués. Personne ne lui a dit pourquoi. Arneil est devenu très en colère et est resté loin du dojo pendant quelques jours. Suite à cet événement, Maître Oyama a demandé à Arneil où il avait été, le jeune élève lui a répondu qu'il avait été malade. Arneil était déprimé et découragé, il désirait quitter le Japon, mais il n'avait pas assez d'argent pour le faire. Par la force des choses, il a tenu bon et a continué à parfaire sa formation. À la promotion suivante, Arneil manquait de confiance, mais savait exactement ce qu'il avait à faire. Suite à ses efforts et sa détermination, il a finalement été promu Shodan. Avec du recul, Arneil a réalisé plus tard que son esprit et son cœur n’étaient pas à niveau lors de son premier passage. Il a réalisé que, s’il avait obtenu son Shodan à sa première tentative, il aurait probablement quitté le Japon pensant qu'il avait appris assez et atteint son apogée dans cet art martial. Ce n’est que plus tard, que Mas Oyama lui avoua qu'il avait vu Arneil à un plus haut niveau que juste une ceinture noire. Il a pris le risque de perdre son élève par déception, échec initial de Arneil afin de développer sa patience, la détermination et la persévérance (Osu 押 忍) nécessaire pour maîtriser le karaté Kyokushin.

Au cours des années suivantes, Hanshi Arneil a intensifié ses efforts de formation et a progressé très rapidement. Par le fait même, Mas Oyama est devenu comme un père pour lui. En fait, Mas Oyama a même adopté Arneil afin qu’il puisse épouser une femme japonaise. Avec le soutien financier de sa femme qui travaillait dans une banque, Arneil a été en mesure de rester au Japon et se consacrer à sa passion de l’entraînement du Kyokushin. Pour gagner de l'argent, il a également joué dans quelques films sous le nom de "Steve Mansion", et occasionnellement travaillé aussi comme mannequin.

Dans le cadre de l’entraînement, Mas Oyama met au défi Hanshi Arneil. Il lui propose les 100 Kumites. (100 Man Kumite, Hyakunin Kumite 百 人 組 手). Plusieurs autres combattants ont essayé, mais jamais un autre que Mas Oyama n'a été en mesure de remplir ce défi insurmontable. Dans un premier temps, Arneil pensait que Mas Oyama était fou pour lui demander d’accomplir cette tâche car il ne pensait jamais avoir la capacité de réussir cet exploit. Mas Oyama n’a cessé de le harceler jusqu'à ce qu'il accepte. L’entraînement était composé de 18 heures par jour, chaque jour, pour effectuer : Kata 型, Makiwara 巻 藁 (poinçonnage post) entraînement physique, sac d’entraînement pour le combat. Après plusieurs semaines d’entraînement, c’était au tour de Arneil de demander quand il allait faire les 100 combats. Mas Oyama de lui répondre - "Quand tu seras prêt, je te laisserai savoir".

Arneil a poursuivi son entraînement pensant que Mas Oyama avait seulement fait cela dans le but de l'amener à se former et s’entraîner encore plus durement. Un certain dimanche matin, Arneil entra au dojo pour l’entraînement. Quand il est entré, tous les combattants l’attendaient. C’était le grand jour, le jour des 100 Kumites. Dès le départ de ses combats, Arneil tenta de garder trace de combien de combats il avait complété, mais a cessé de le faire après les 20 premiers combattants pour finalement se concentrer sur un aspect, les combats. Après environ une durée de 2 heures et 45 minutes, Arneil accomplissait le défi des 100 Kumites à la demande de Maître Mas Oyama et devenait seulement le 2e à réussir cet exploit - "Vous sauvez beaucoup de temps quand vous mettez vos adversaire K.O.!."

Avant de quitter le Japon en 1965, Hanshi Arneil avait atteint le grade de Sandan 三 段 (3e dan). Il a déménagé en Grande-Bretagne et a commencé à enseigner le karaté Kyokushin. Cette même année, lui et Shihan Bob Boulton ont fondé l'organisation britannique de karaté Kyokushinkai (BKK). Entre 1968 et 1976, Hanshi Arneil a été le responsable de l'équipe et l'entraîneur pour le All Styles et British Karate team, qui est devenu la première équipe non japonaise à remporter le championnat du monde de karaté en 1975-76. En 1975, la Fédération Française de Karaté lui a aussi décerné le titre de "meilleur entraîneur au monde."

En 1991, Hanshi Arneil et BKK démissionnent de l'Organisation Internationale de Karaté (IKO) pour fonder la Fédération Internationale de Karaté (IFK). L'IFK compte actuellement plus de 48,500 karatékas dans 51 pays à travers le monde entier. Après la mort de Mas Oyama en 1994 et l'éclatement ultérieur de l'IKO, Hanshi Arneil a été demandé par la veuve de Mas Oyama pour diriger l'IKO (2). Ne souhaitant pas participer à la politique enchevêtrée des différentes organisations japonaises, il a poliment décliné l'offre afin de consacrer son temps et ses efforts vers l'exécution de l'IFK et l'enseignement de karaté Kyokushin.

L'un des objectifs de Hanshi Arneil dans le IFK est la cohérence - tous les karatékas Kyokushin dans tous les pays dans tous les dojos du monde doivent effectuer les techniques et exécuter les katas de la même façon. Afin d’obtenir ce résultat, il a mis au point un programme de classement systématique pour l'IFK et a publié un livre sur Kyokushin katas. Mas Oyama lui avait dit que la seule façon d'unifier une organisation est de faire la même chose, et la seule façon que vous pouvez faire la même chose est en kata.

Avant sa mort, Mas Oyama décerna personnellement le grade de Nanadan 七段 (7e dan) à Arneil. Par la suite, la communauté de karaté britannique lui a décerné le grade de Hachidan 八段 (8e dan) pour son dévouement et ses services au karaté en Grande-Bretagne. Le 26 mai 2001, le Conseil des représentants de pays de l'IFK a attribué à Hanshi Arneil avec le grade de Kudan 九段 (9e dan) en reconnaissance de son travail dans la promotion de karaté Kyokushin à travers le monde au cours des 40 dernières années, et en particulier au cours des 10 années précédentes sous la bannière de l'IFK. Après avoir consacré sa vie à la pratique et l'enseignement du karaté Kyokushin, Hanshi Arneil a reçu le grade ultime de Judan 十 段 (10e dan) en juin 2011.

Pendant ses études de karaté Kyokushin dans le début des années 1960, Hanshi Arneil a pris des notes méticuleuses de ce que Mas Oyama lui a enseigné. De ce fait, pour les quatre dernières décennies, il a enseigné le karaté Kyokushin fidèle à l'esprit de Sosai Mas Oyama. Malgré son horaire chargé en tant que chef de l'IFK, Hanshi Arneil enseigne toujours Kyokushin Karate - pour les débutants ainsi que les ceintures noires - sur une base régulière.

En 1998, les États-Unis-IFKK ont reçu comme invité d’honneur, Hanshi Arneil aux 8e Championnats annuels du American International Karaté Championship à Rochester, New York. En 2004, Hanshi a voyagé aux États-Unis pour diriger le camp d'entraînement d'été USA-IFKK. Il est retourné à nouveau en 2006, 2007, 2009 et 2011 pour diriger le camp d'entraînement d'été aux États-Unis-IFKK.

Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Traduire »